De l’art de communiquer

Communiquer, ou partir de l’invraisemblable d’une situation pour créer cet élan.

Comme je vous l’indiquais dans une précédente publication “Ancrée dans le territoire de Redon, je voyage”, ma réalité du moment est encore récente, à savoir exercer en libéral : indépendante, entrepreneuse, cheffe d’entreprise, autonome et responsable en définitive.

Alors pour développer ce qui m’intéresse à savoir, accompagner de multiples individus, il m’est nécessaire de communiquer.

Novice dans ce domaine, je vous propose cette définition de la communication : acte de rendre accessible à tout un chacun les informations relative à mon activité pour susciter de l’intérêt.

Concrètement les activités suivantes en relèvent : avoir un site web, être membre de l’annuaire Humacitia, nourrir ma page Fb, découvrir le réseau linkedin, échanger, envoyer un certain nombre d’emails, de lettres d’informations, rédiger des articles en lien à mes valeurs, ce qui est cher à mon cœur dans l’accompagnement. Ces actions, d’apparence simple et anodine impliquent le fait d’accepter d’être vue, accepter de se donner à voir, assumer ses propos, être responsable de tout ce que j’entreprends.

Je l’avoue, je ne l’avais jamais fait. Je n’y avais pas songé en définitive. Une fois ces articles rédigés, je les publie sur mon site et vous l’indique notamment sur ma page Fb, comme présentement.

Vous êtes quelques uns à me lire, à me suivre, vous “likez” pour me remercier et nommer votre approbation. Toutefois je constate que mes publications ne décollent pas, elles restent là, 60 vues, 110 personnes touchées ! De vous à moi, je suis partagée, c’est insuffisant en terme de communication d’entreprise et très satisfaisant que de constater que mes écrits sont lus 60 fois ! (Lors de mes précédentes fonctions, mes écrits étaient lus grand maximum par 6 personnes !)

Puis, j’ai reçu ce post sur la lecture et j’ai ri de mon cœur de cette histoire d’arroseur-arrosé. Je me suis retrouvée totalement là dedans ; une scène complètement loufoque inventée de toute pièce, pour une intention hyper sérieuse : promouvoir la lecture. Cette scène ressemble à mon métier quand j’y pense.

Éducatrice spécialisée c’est, partir de l’invraisemblable et créer un élan avec un Autre que soi.

Ce jour là, vous diffusez, abondamment. De mon ordinateur, mes graphiques, les chiffres grimpent, tout va très vite, c’est la stupéfaction ! 1000 lecteurs, diffusée à 8000 personnes en 24 heures. C’est 8 fois plus que le nombre d’habitants du bourg où j’habite. Incroyable, quand j’y pense, j’ai le tournis, une telle effervescence, quelques lignes, une campagne de lecture.

De cet apprentissage, je retiens que communiquer, c’est créer cet élan, aussi invraisemblable que soit la situation.

Bien à vous, Mathilde.