Echange de regards ; incarnation et vacuité

L’incarnation serait la matérialisation dans un corps d’une vibration énergie que nous avons choisi de venir expérimenter sur la Terre.

La période de gestation, de nidation dans cette matrice humaine serait un espace et un état d’interconnexion, nous permettant d’être dans deux espaces simultanément, en dehors des conceptions d’espace et de temps, toute à la fois dans cet espace de vacuité et connecté aux prémices de notre humanité en incarnation.

Ainsi, le premier échange de regard avec une autre âme incarnée, nommé proto-regard serait une sorte de portail, de passage de cet espace de vacuité à cette espace de matière. Le regard étant une voie d’intronisation d’un humain vers un autre humain, de cet amour inconditionnel dans l’ incarnation de son âme, de l’essence de son être.

Dans sa vie humaine, au quotidien, dans ses traversées émotionnelles, sociales et environnementales, le regard « porté sur », « adressé à » connecté au cœur peut constituer un réel blocage créant un trouble ou un inconfort important tant pour la personne qui le reçoit que pour la personne qui l’émet.

Serait-ce alors une réminiscence de cet espace de vacuité ou le manque, le désir et l’inconfort étaient inexistant ? Réminiscence de cet espace où tout se crée, d’où tout émerge, où rien est et tout existe… ?

Le regard serait un canal de connexion de la terre à la source. L’échange de regards serait ce point de connexion entre horizontalité et verticalité. Il offrirait dans le miroir de l’altérité humaine, précisément à cette jonction, une voie d’accès à cet espace d’infini, d’éternité et d’absolu connecté à la Terre ; endroit de fusion de toute énergie avec l’Autre.

Mathilde.